La «mission» Masozera

Publié le par sitin-at-rwandahouse

Quand l’ambassadeur du Rwanda à Bruxelles, Monsieur Robert Masozera exhorte ses INTORE – DIASPORA de Belgique pour qu’ils l’aident à réussir l’unité de tous les rwandais vivant dans ce pays tout en se permettant de les «catégoriser»

 

 

Dans son discours, lorsque l’ambassadeur du Rwanda recevait les INTORE-DIASPORA de Belgique au «Rwanda House», quand il venait de présenter ses lettres de créance au Roi des Belges, il a dit ne pas être content du constat qu’il avait fait sur l’état des relations entre les rwandais vivant dans ce pays. Se targuant d’une franchise hors du commun, il a affirmé qu’à l’intérieur du pays, l’unité de toutes les composantes de la population rwandaise est atteinte à 80% ! Dès lors il veut que ces INTORE-DIASPORA qu’il recevait l’aident à inverser la donne en Belgique, car d’après lui, les choses se présentent très mal. Tel un berger ou un fermier (pour faire plus sérieux) qui trie son cheptel, classant ses brebis selon leur rendement laitier et fromager, il s’est permis de catégoriser ces rwandais de tout bord qui y vivent.

 

Ainsi d’après lui, il y aurait trois catégories de rwandais en Belgique.

 

-         La catégorie A dans laquelle sont classés tous ceux qui étaient présents à cette rencontre, c’est-à-dire des hommes et des femmes respectables et prestigieux ! Ces heureux élus entretiennent de très bonnes relations avec le pays d’origine, sous entendu le pouvoir en place, et Monsieur l’ambassadeur dit qu’ils sont représentés par la couleur VERTE – ESPERANCE !

 

-         La deuxième catégorie C, d’après Monsieur MASOZERA, serait composée de rwandais qui ne veulent plus avoir aucun lien avec leur pays d’origine, qui consacrent toute leur énergie et leur temps à propager de mauvaises nouvelles sur le pouvoir rwandais, tout en recrutant d’autres de leurs compatriotes afin que ceux-ci les rejoignent dans leur camp. Ceux-ci sont représentés par la couleur ROUGE-SANG !

 

-         Quant à la troisième catégorie B, il s’agirait des rwandais indécis ne sachant pas où ils sont, des « injarajazi ngo zimubabaza » qui n’osent pas aller au Rwanda de peur qu’à leur retour en Belgique ils ne se retrouvent isolés, car traqués par ceux de la catégorie C. L’ambassadeur à collé à ces froussards la couleur JAUNE – JEUNESSE.

 

Monsieur MASOZERA dit que sa première tâche est de mener un combat acharné que lui et ses INTORE –DIASPORA doivent gagner à tout prix afin que cette jeunesse rwandaise très peureuse de la classe B ne lui soit pas prise par la catégorie C des ROUGE-SANG ! Incroyable !

 

Pour un homme public, parler de ses compatriotes en ces termes devant une assemblée, non seulement c’est faire preuve d’un manque de respect à leur égard, mais surtout c’est afficher son inexpérience totale en la matière. Quand bien même ces fameuses statistiques seraient fondées, les commenter de cette façon est une insulte qui ne faciliterait surtout pas la tâche au concerné, dont la mission principale est de ramener à « l’étable » ses brebis égarées !

 

Dès lors l’on peut se poser quelques questions. Par exemple à propos des échantillons qui auraient été choisis dans différents coins de Belgique, et sur base desquels aurait été charpenté le rapport final d’où serait issue cette conclusion qui catégorise. Ou encore si Monsieur l’ambassadeur aurait discuté avec les rwandais de tout bord, de sensibilité différente, et que ces échanges  seraient le fondement de ce qu’il dit. A mon avis non. Car, sachant par exemple que chaque mardi il y a une manifestation pacifique SIT-IN devant l’ambassade du Rwanda à Bruxelles de 08h à 18h30, si Monsieur MASOZERA avait voulu œuvrer dans ce sens, il les aurait rencontrés sans beaucoup de difficultés, même si pour ces manifestants, rencontrer l’ambassadeur n’est pas de leur priorité. Il n’y a aucun doute que toutes les informations qu’il a sur ce sujet viennent des INTORE –DIASPORA. Monsieur l’ambassadeur pense réellement que si un rwandais de Belgique ou d’ailleurs voulait retourner au Pays pour une visite de quelques jours quelqu’un peut vraiment l’en empêcher ? La tâche principale d’une telle personnalité est de représenter son pays dans le pays hôte sur tous les plans, de veiller à préserver de bonnes relations d’échange dans tous les domaines. Par ce discours, l’on comprend bien que la principale mission de Monsieur MASOZERA, est tout autre ! Car, aidé de ses INTORE-DIASPORA, il s’agit ici de traquer ses compatriotes qu’il a classés dans la catégorie C, mais aussi ceux de la classe B. Mais, pense-t-il vraiment que la Belgique est un «royaume bananier» ? Là il se trompe fort ! La preuve illustrant ce fait est que le président d’un certain pays africain a été rabroué par le premier ministre belge, lorsque il a demandé à ce dernier de l’aider à tuer les citoyens de ce pays africain vivant en Belgique.

 

Quoi qu’il en soit, il semble que la maladie d’étiquetage des gens fait toujours rage au Rwanda, et que ses officiels exportent ce mal dans les pays étrangers où ils opèrent ! Au moment où le pouvoir de Kigali interdit de parler (à haute voix) des ethnies, d’autres méthodes beaucoup plus sournoises, de classification insultante des citoyens rwandais sont inventées. A voir le sourire enjôleur que Monsieur l’ambassadeur a sur la photo (igihe.com) lorsqu’il prononce ces paroles devant ses ouailles, je ne doute pas fort que ceux qui l’écoutent applaudissent ! Et comment ne le feraient-ils pas donc, puisque «umwera uturutse ibukuru bucya wakwiriye hose» ! Ah oui, tout a indiscutablement évolué positivement au Rwanda depuis 1994, à tel point qu’on voit des notables applaudir frénétiquement, avec une joie indescriptible même quand ce ne sont que les insultes du genre «amazirantoki» ou « ibigarasha » qui fusent au dessus de leurs têtes. Et pourtant le slogan actuellement à la mode à Kigali est «se donner de la valeur – kwihesha agaciro»... De cette façon ?

 

 

Marie Madeleine BICAMUMPAKA

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article