Historique

Publié le par sitin-at-rwandahouse

Ikigo Kirwanya Umuco wo Kudahana                   Buruseli, tariki 15/05/2010

na Akarengane mu Rwanda (CLIIR)

Bd Léopold II, 227 à 1080 Bruxelles.

Tél : 081/611113  GSM : 0476701569         

                                                                                 

                                                                        Nyakubahwa Bwana Paul KAGAME

                                                                        Perezida wa Repubulika y’u Rwanda

                                                                        Village URUGWIRO

                                                                        P.O.Box, 15 KIGALI

                                                                        Rwanda

 

Nyakubahwa Perezida wa Repubulika,

 

            Tubanje kugusuhuza mbere yo kukugezaho akababaro duterwa n’imyitwarire y’ubutegetsi bwanyu nk’Umukuru w’Igihugu ukaba n’Umukuru w’Ishyaka rya FPR (Front Patriotique Rwandais) riri ku butegetsi muri iyi myaka 16 ishize.

 

            Kuva tariki ya 26/04/2010 kugeza tariki ya 15/05/2010, Ikigo kirwanya Umuco wo Kudahana na Akarengane mu Rwanda (CLIIR) cyifatanije n’andi mashyirahamwe yibumbiye mu mpuzamashyirahamwe SOCIRWA (Société Civile Rwandaise en Belgique) twahamagariye abanyarwanda n’inshuti z’u Rwanda zituye mu Bubiligi no mu bindi bihugu ry’Uburayi (Europe) gukora imyigaragambyo idahagarara (Sit-in) imbere y’Ambassade y’u Rwanda iri mu Bubiligi. Iyo myigaragambyo itangira guhera saa mbiri za mu gitondo kugeza saa moya zo ku mugoroba (de 8h à19h30). Bityo abakozi ba ambassade n’abagenzi bayigenderera cyangwa batambuka imbere yayo kimwe n’abaturanyi bayikikije bose bakajya ku milimo yabo baducaho mu gitondo ndetse bakaza gutahuka bahadusanga, mbere yuko natwe dushingura ihema ryacu, tugataha twitegura kuhazindukira buri munsi. Iyo myigaragambyo imara amasaha 11h30 buri munsi ikaba ihagaritswe igihe gito mbere yuko yasubukurwa mu gihe ibyo dusaba ubutegetsi bitazaba byakozwe mu gihe cya vuba.

 

Iyo myigaragambyo (SIT-IN) igamije kugusaba wowe nk’Umukuru w’Igihugu gufungura abanyapolitiki batavuga rumwe n’Ubutegetsi bwawe n’Umulyango uyoboye wa FPR. Abo tugusaba gufungura vuba ni aba bakurikira :

-         Turasaba ko wafungura Bwana Déogratias MUSHAYIDI, Perezida wa PDP-Imanzi washimutswe i Burundi tariki ya 05/03/2010 akazanwa mu Rwanda none akaba afungiye muri gereza nkuru ya Kigali aregwa ibyaha bimwe by’ibihimbano.

-         Turasaba kandi ko Madamu Victoire INGABIRE Umuhoza, uhozwa ku nkeke aregwa ibyaha by’ibihimbano bicurwa n’abategetsi banyuranye, yahabwa amahoro n’uburenganzira bwe bwo gukora ibikorwa bya Politiki birimo kwandikisha Ishyaka rye FDU (Forces Démocratiques Unies) INKINGI no kwiyamamaza mu matora yo guhitamo uwazaba Umukuru w’Igihugu ateganijwe mu kwezi kwa Kanama 2010.

-         Turasaba ko wafungura Dogiteri Tewonesiti NIYITEGEKA wafunzwe tariki ya 05/02/2008 ahohotewe na GACACA ariko akaba azira mu by’ukuri ko yari yashatse guhangana nawe mu matora y’Umukuru w’Igihugu yabaye muri Kanama 2003. Tuributsa ko candidature ye yari yigijweyo nyuma y’amacenga n’amatiku yari agamije kumwigizayo ngo atagaragara muri ayo matora yo muri Kanama 2003.

-         Turasaba kandi ko wafungura Bwana Charles NTAKIRUTINKA wafunzwe muri dosiye imwe na Bwana Pasteur BIZIMUNGU wahoze ari Perezida wa Rupubulika kuva muri Nyakanga 1994 kugeza muri Gashyantare 2000.

-         Turagusaba kandi gufungura abandi baturage benshi bafunzwe batagira icyaha bazira gusa ko bavutse ari ABAHUTU nkuko hambere hari abafunzwe bazira gusa ko bavutse ari ABATUTSI. Muri abo harimo mushiki wa Bwana Nayinzira Jean Népomuscène witwa Madame Stéphanie NDAYAMBAJE, akaba afite imyaka isaga 70 akaba yari mu kiruhuko cy’izabukuru. Mme Ndayambaje Stéphanie wabaye igihe kirekire Umukuru w’Abakozi (chef du personnel) mu Bitaro bikuru bya Kigali (CHK), yahohotewe na Gacaca yamukatiye igifungo cy’imyaka 30 muri 2007 bityo akazagwa muri gereza arengana. Nta cyaha cyimurangwaho uretse gusa ko yavutse ari mushiki wa Bwana NAYINZIRA wigeze guhatanira gutorerwa Umulimo wa Perezida wa Repubulika mu matora ya Kanama 2003.  

-         Turagusaba kandi no gufungura izindi nzirakarenganye nyinshi zifunzwe zizira ko zavutse mu bwoko bw’Abahutu. Bamwe muri abo ni : 

-         Bwana RUNYINYA BARABWIRIZA ufunzwe azira ubusa kuva muri Nzeri 1994 kugeza ubu. Nta jenocide yakoze kuko atari mu Rwanda mu gihe cy’ubwicanyi kandi aho yari ari i Dares-salam muri Tanzaniya yasinye itangazo ryamagana ubwicanyi bwose bwari bwibasiye abanyarwanda. Kuba yaratinyutse guhunguka nuko umutima we nta rubanza wamuciraga. Yahungutse abyumvikanyeho na Bwana Seth SENGASHONGA wari Ministri w’Ubutegetsi bw’Igihugu (du 19/07/1994 au 25/08/1995) akaza kwicirwa i Naïrobi muri Kenya tariki ya 16/05/1998 arasiwe mu muhanda n’abicanyi bakekwaho kuba barakoreraga inzego z’Ubutasi bwa gisirikari (DMI) cya FPR. 

-         Abadepite n’abandi bayobozi bakomoka mu bwoko bw’Abahutu benshi, mwakoresheje mu milimo inyuranye ya FPR mwarangiza mukabajugunya muri gereza nyuma y’Imanza z’ikinamico mukoresheje intwaro yanyu « kirimbuzi » GACACA. Muri bo hari Bwana Elisée BISENGIMANA, Etienne MAGALI, Béatrice NIRERE. Hari n’abandi benshi mwakoresheje mu gusenya andi mashyaka nka Senateri Stanley SAFARI wahohotewe na GaCACA kandi bizwi neza ko nawe muri jenoside yahizwe akanatwikirwa n’inzu ye yaratuyemo i Gikondo. Ubu akaba ashakishwa na Polisi mpuzamahanga INTERPOL aho yahungiye mu mahanga. Ubwo bugome mukomeje kugirira ababafashije gushimangira ubutegetsi bw’Igitugu n’iterabwobwa bihonyora abanyarwanda ba amoko yose. 

 

Iyo myigaragambyo (SIT-IN) yari igamije na none kugusaba ko wemera gufungura vuba na bwangu, mbere y’amatora yo muri Kanama 2010, urubuga rwa politiki ukareka amashyaka yigaragaje FDU-INKINGI na Democratic Green Party of Rwanda (DGPR) akandikwa kandi agakoresha Congrès zayo ziteganijwe kwitorera abayobozi bayo no kwamamaza abakandida bayo.

 

Iyo myigaragambyo (SIT-IN) igamije kugusaba ko abayoboke ba PSI (Parti Social Imberakuri) na Perezida wabo Maître Bernard NTAGANDA wareka kubajujubya ugahagarika amakinamico agamije kubacamo ibice no kubarega ibyaha by’ibihimbano.

 

Ikigo kirwanya Umuco wo Kudahana na Akarengane mu Rwanda (CLIIR) kiragusaba kandi kubahiriza Uburenganzira bwose bw’Abanyarwanda nta kuvangura amoko (Apartheid ethnique), amadini cyangwa uturere bakomokamo. By’umwihariko turagusaba ibi bintu :

 

-         Turagusaba kubahiriza uburenganzira bw’Itangazamakuru ritagengwa kandi ritabogamiye kuri Leta ya FPR. Ibinyamakuru UMUSESO n’UMUVUGIZI bigakora ku mudendezo.

-         Turagusaba guhagarika iterabwoba, agasuzuguro n’agashinyaguro bimaze iminsi biranga amagambo ukoresha mu biganiro utanga cyangwa muri za Discours zawe uvugira mu ruhame ubwira abanyarwanda nk’Umukuru w’Igihugu ;

-         Turagusaba kubaha no kwihanganira abanyepolitiki mutavuga rumwe. Ukareka gukoresha amagambo agamije kubakomeretsa, kubasebya, kubandagaza no kubatesha agaciro.

 

Turagusaba kwemera vuba ko hashyirwaho mbere y’amatora ibiganiro n’inzego zikurikira :

-         Gutangiza ibiganiro bitaziguye kandi byihutirwa (dialogue direct et inclusif) hagati yawe n’abanyapolitiki mutavuga rumwe bafunzwe cyangwa bakorera mu Rwanda.

-         Gushyiraho Komisiyo y’amatora yumvikannyweho n’amashyaka atavuga rumwe na Leta ;

-         Gushyiraho Komisiyo ihuriweho n’amashyaka atavuga rumwe na Leta ni ishyaka FPR ndetse kimwe n’andi mashyaka akorera mu kwaha kwa FPR. Iyo Komisiyo igashingwa gukemura ibibazo n’andi makimbirane yavuka muri Campagne y’Amatora ndetse no mw’ibarura ry’Amajwi azaboneka muri ariya matora yo muri Kanama 2010.

-         Gushyiraho Komisiyo izategura uburyo amateka ya jenoside atakomeza kugorekwa no gukoreshwa mu nyungu za politiki y’ivangura n’amacakubiri Leta FPR ikomeje gukoresha yigizayo cyangwa yibasira abatavuga rumwe niyo Leta.

 

Mu gihe Leta yawe yirirwa ijujubya abanyarwanda b’inzirakarengane baregwa cyangwa bafungwa bazira ibyaha by’ibihimbano, tuboneyeho umwanya wo kukwoherereza zimwe mu nyandiko zikugaragariza uburyo Ingabo uyobora zagiye zica abaturage b’inzirakarengane bo mu moko yose. Izo nyandiko tuzometse kuri iyi baruwa kandi ziherekejwe n’urutonde rwazo. Turagusaba kwihangana ukazasaba ko abajyanama bawe bazinyuzamo amaso. Kandi bakazirikana ko igihe kigeze cyo kugira ngo Wowe kimwe na bamwe mu basirikare uyobora mushobore kubazwa ibyaha by’ubwicanyi muregwa kuba mwarishe abantu mu Rwanda, za Kibeho, Kibuye, Gisenyi, Ruhengeri n’ahandi henshi nko muri Congo (RDC).

Izo nyandiko zigizwe n’ubuhamya bwinshi bwanditswe n’abantu banyuranye bakoreye FPR cyangwa babyiboneye n’amaso yabo. Harimo abitwa ba Lt Abdul RUZIBIZA, Sgt Aloys RUYENZI, Madamu Claire UWAMUTARA, ndetse n’abanyamahanga babaye mu Rwanda.

Turakwibutsa n’amateka y’u Rwanda amwe yanditswe na Padiri Stanislas BUSHAYIJA mu kwezi kw’Ukuboza 1958 aburira ubutegetsi bwa Cyami bwari buriho icyo gihe. Muri iyo nyandiko ni naho uwo Padiri Bushayija asobanura ukuntu Umuco wo Kubeshya, kubeshyera, guhimba ibihuha, gupangira ibinyoma inzirakarengane no gukoresha imanza z’amakinamico wokamye abanyarwanda benshi ariko cyane ngo « Abatutsi bakaba bawuhebujemo kurusha abandi ». Iyo nyandiko ifite amapaji atatu uzasabe bayigushyirire mu kinyarwanda wisomere. Iyo nyandiko tuyikwoherereje tugira ngo tukwibutse ko ibyaha by’ibihimbano byibasiye ba Madamu Victoire INGABIRE n’abandi banyarwanda cyangwa abanyapolitiki bafunzwe barengana BISANZWE biranga imico mibi y’ubutegetsi bw’Igitugu n’Iterabwoba haba mu Rwanda cyangwa mu gihugu icyo aricyo cyose kiyoborwa n’Ingoma z’Igitugu. Gupangira inzirakarengane byakozwe muri RUSSIE no ku ngoma za cyera zari ziganje hano mu Uburayi, Amerika, Asiya na Afrika, n’ahandi...

 

Turangije tugusaba kwemera guhangana n’abo mutavuga rumwe mu matora adafifitse ukareka politiki ishaje y’iterabwoba kuko abanyarwanda baciye umugani ngo « Wirukana umugabo kera ukamumara ubwoba ». Ubu rero igihe kirageze ko wemera kuba wavanwa ku butegetsi n’amatora ukarekura ingoma mu mahoro batagombye kuguca akaboko. Turakumenyesha ko ufite amahirwe adasanzwe yo kuba ufite abo mutavuga rumwe bagusaba ko mwashyikirana mutamennye andi maraso y’abanyarwanda b’inzirakarengane.

Ufite amahirwe yo kuba wifitiye uwo twita « MANDELA » ariwe bwana Déo MUSHAYIDI ugutegereje muri gereza ya Kigali. Uwo muyoboke wahagarariye FPR muri Suisse kugeza muri 1994 arangwa no gusabira abanyarwanda icyitwa « Dialogue Inter-Rwandais na Commission Vérité, Justice et Réconciliation ». Uwo mugabo kandi ari muri bane bagize ubutwari bwo kugaragaza inyandiko ikomeye yohererejwe Akanama gashinzwe Umutekano kw’isi (Conseil de Sécurité de l’ONU) k’Umuryango w’Abibumbye muri Gashyantare 2008. Iyo nyandiko yasabaga ko hakorwa irindi perereza ku bwicanyi bwa jenoside bwakorewe abanyarwanda mu Rwanda no muri CONGO (RDC) kuva muri 1990. Muri iyo nyandiko, iri mu gifaransa, twometse kuri iyi baruwa hagaragaramo uruhare wowe na Perezida Museveni, ndetse na Perezida Nyerere kimwe n’abongereza n’abanyamerika benshi mwafatanije gutegura intambara n’ibikorwa byo gutsemba cyane cyane ABAHUTU bo mu Rwanda mwitaga « abanzi bo mu karere » biswe mu gifaransa « ennemis régionaux ». Ibyo byanditse guhera kuri pages 20, 21 n’izikurikira. Muri iyo nyandiko harimo n’ukuntu mutegura intambara n’ubwo bwicanyi bwahitanye abanyarwanda, mwari mwiteguye KWICISHA inzirakarengane z’Abatutsi bari batuye mu Rwanda mbere ya Mata 1994.

Ufite amahirwe yo kuba uhanganye na Madame Victoire INGABIRE Umuhoza, umukunzi w’Amahoro, Ukuri n’Ubutabera akarangwa n’impuhwe za kibyeyi. Uzihangane wongere usome Ijambo Mme Victoire yavugiye i Kanombe tariki ya 16/01/2010 akimara gukandagira mu gihugu cyacu twese. Yagarutse kw’ijambo Amahoro asobanura neza ko aje gufasha abanyarwanda kwikiza ingoyi nyinshi yarondoye. Yasabye ko abanyarwanda bitegereza ipfundo ry’iyo ngoyi bakarihambura mu bwitonzi muri aya magambo : « Guca ingoyi si induru.Uko usakuza niko yongera ubukana. Mu bwitonzi, mu mahoro, twitegereze ipfundo ry'iyi ngoyi kugira ngo tuyice burundu nta yandi maraso amenetse. Nta ntambara dushaka kandi uzayigarura wese tuzamwamaganira hamwe. Uwibohoje mu maraso aramwokama. Niyo mpamvu tutazabashora muri za mitingi zo gahangana. Mushire ubwoba, mw'ibanga rya gakondo mwigishe abanyu bigishe abandi n'abandi. Tuzaharanire ko nta jwi rizapfa ubusa ndetse n'ibarura ry'amajwi ribe ku mugaragaro aho mwatoreye.Uzabirwanya muzaba mumureba ». Madamu Victoire INGABIRE yasabye ko byose byakorwa mu mahoro nta ntambara ibaye kandi nta yandi maraso amenetse. Uzazirikane amagambo yavugiye kurwibutso agamije kwibutsa ko nta bwiyunge bushoboka mu gihe hari imbaga y’abanyarwanda bishwe ari benshi, imiryango yabo ikaba ibujijwe kubibuka, imirambo yabo ikaba yaratwitswe nkuko ubibona mu nyandiko zirondora iby’Ubwicanyi bwakozwe n’ingabo zawe za FPR, zometse kuri iyi baruwa tukwandikiye none tariki ya 15/05/2010. 

Ufite Maître Bernard NTAGANDA, umunyamategeko ushaka kwimakaza UKURI mu Rwanda kuko n’ishyaka rye yaryise « Parti Social IMBERAKURI ».

Ufite Bwana Franck HABINEZA, umusore ukiri muto kandi ushaka kwimakaza politiki yo gufata neza ibidukikije. Bityo akaba yarashinze Democratic Green Party of Rwanda (DGPR).

Aba banyapolitiki bose bashishikajwe no gusezerera Ubutegetsi bw’Igitugu n’Iterabwoba mu Rwanda nta ntambara cyangwa amaraso agombye kwongera kumeneka, nkuko byagenze FPR ifata ubutegetsi ku ngufu na nyuma y’iyicwa rya Perezida Juvénal Habyarimana na Perezida w’u Burundi, Cyprien NTARYAMIRA tariki ya 06/04/1994.

 

Tubasezeyeho tubibutsa ko mu banyepolitiki bigaragaje mu mashyaka atavuga rumwe na Leta yawe nta mwanzi w’igihugu tubonamo kuko Amahame ya politiki y’amashyaka yabo, inyandiko, n’imvugo ndetse n’ibiganiro byabo birangwa n’amahoro. Nta magambo akomeretsa, atoneka, asebanya, ashinyagura cyangwa ya gashozantambara abaranga.

 

Tubaye tubashimiye, Nyakubahwa Perezida, umutima mwiza, ubushishozi n’ubushake bw’amahoro muzakirana ubu butumwa tubagejejeho. Mugire amahoro n’akazi keza.

 

Umuhuzabikorwa w’Ikigo CLIIR, MATATA Joseph.

 

CPI : Iyi baruwa izagezwa ku banyarwanda benshi cyane

 

Documents importants annexés à la lettre adressée à Kagame le 15/05/10 :

 

1.      Témoignage de Mme Claire Uwamutara, une tutsie réfugiée dans le camp de Djaleka au Malawi (9 pages). A la page 2, elle parle de l’assassinat des Hutus au Rwanda. Elle dénonce l’empoisonnement des milliers de prisonniers dans les prisons rwandaises et l’assassinat des bébés et de leurs mères dans les maternités et hôpitaux du Rwanda.


2.      Témoignage d’un juge tutsi élu pour les tribunaux Gacaca qui a dénoncé le détournement criminel des tribunaux Gacaca en mai 2002. Ce témoignage, retranscris par le CLIIR, a été transmis main en main à l’ancien Ministre de la Justice, M. Jean de Dieu MUCYO le 01/06/2002 à Bruxelles. Une copie avait été réservée à Madame Aloysie CYANZAYIRE, chargée des tribunaux Gacaca à la Cour Suprême à cette époque ;


3.      Communiqué n°80/2005 du 18/03/2005 intitulé : «Les tribunaux GACACA sont détournés, contrôlés et paralysés par les chefs militaires et politiques du FPR impliqués dans le génocide rwandais ». Ce communiqué démontre que le détournement des Gacaca annoncé dans le témoignage livré au CLIIR par le juge tutsi en mai 2002 venait d’être confirmé. En effet, plusieurs Hutus innocents ont été arrêtés et emprisonnés non pas pour des crimes qu’ils auraient commis mais parce qu’ils sont nés Hutus. Les exemples d’emprisonnements arbitraires ne manquent pas. Lorsque les Gacaca ont commencé en mars 2005, les médecins, les commerçants et les intellectuels Hutus dont le gynécologue Pascal Habarugira, le docteur Jean Népomuscène Nsengiyumva, Dr Aloys Bigirankana, Le 5/09/2007, plusieurs autres médecins Hutus ont été condamnés à 30 ans de prison par le tribunal Gacaca de Huye à Butare. le Dr Bararengana Séraphin : Chirurgien, le Dr Bigirimana Ignace : Cardiologue, le Dr Munyemana Sosthène: Gynécologue, le Dr Sijyenibo Charles : Stomatologue, le Dr Nshimyumukiza Joth. : Ophtalmologue, etc.


4.      Le tout premier Témoignage d’Abdul RUZIBIZA publié le 14 mars 2004 qui explique comment le Front Patriotique Rwandais a massacré des civils Hutu afin de pousser les extrémistes Hutus à massacrer aveuglement à leur tour des Tutsis innocents alors qu’ils vivaient ensemble en tant que voisins sur les collines (32 pages).


5.      Extrait du livre-témoignage du Lieutenant Abdul Ruzibiza intitulé « Rwanda : Histoire secrète » dans les pages 334 à 347 : Ce militaire tutsi reconnaît à la page 347 le génocide des Hutus par les militaires du FPR : « D’après ce que j’ai expliqué dans la partie sur la planification du massacre systématique des Hutus, soit sa préparation, la mise en place des structures de supervision de son exécution ainsi que l’effacement des traces, je ne puis nier qu’il s’agisse d’un génocide ». Ce document de 7 pages raconte « Les massacres et l’incinération des cadavres de Hutus massacrés par le FPR ». En voici un extrait : « Les massacres perpétrés par l’APR étaient toujours planifiés. Il ne s’agissait pas d’actes de vengeance ni de simples faits accidentels comme certains le prétendent. Comme je l’ai évoqué, après l’attentat contre l’avion présidentiel de Juvénal Habyarimana, la guerre a directement embrasé le pays. J’ai dit également comment toutes les unités avaient reçu des ordres bien spécifiques quant à leurs missions. La tâche de massacrer systématiquement la population était attribuée à une catégorie de militaires bien choisis et formés spécialement sous la supervision de bourreaux qui exerçaient en qualité d’officiers de renseignement, de personnels de renseignement (Intelligence Officer/Intelligence Staff) ou de commissaires politiques dans l’armée (Political Commissar). Cela n’empêchait pas que les spécialistes des tueries fassent parfois appel à une compagnie pour les épauler dans les opérations d’enterrement, de chargement, d’incinération ou de dissimulation des corps. Tout dépendait de l’importance du nombre de gens tués ou devant être tués. Parfois on faisait appel à plusieurs compagnies. Mais de telles interventions étaient d’autant plus rares que chaque unité militaire avait sa propre compagnie spéciale ou son propre peloton spécial. Une compagnie de ce genre comptait souvent plus de 200 hommes et un peloton de plus de 100 hommes, opérant sous la supervision des IO (Intelligence Officers) des PC (Political Commissars)… »


6.      Témoignage du Sergent Aloys RUYENZI, un ancien agent de renseignements militaires et garde de corps rapproché de Paul Kagame pendant 10 ans. Son témoignage de 7 pages en anglais explique comment le président Paul Kagame a fait massacrer des Hutus innocents (voir point 27 à 33, il raconte les massacres de Hutus par les militaires FPR).


7.      Mémorandum adressé à l’ONU en février 2008 par le Partenariat INTWARI et expliquant comment l’extermination des Hutus a été programmée en 1989 en Uganda. Ce document explique également la stratégie de tension et de provocation qui a déclenché le génocide des Tutsis du Rwanda. Les massacres de réfugiés Hutu en RDC y est décrit également (voir pages 20 et suivants), 82 pages.


8.      Témoignage de M. Maurice NIWESE tiré de son livre « Le peuple rwandais, un pied dans la tombe, récit d’un réfugié étudiant » et édité chez l’Harmattan en 2001 (pages 159 à 162). C’est un rescapé des massacres commis sur les réfugiés Hutus au CONGO-Kinshasa (RDC) entre octobre 1997 et mai 1997. Ce témoin a survécu exceptionnellement au massacre de plus de 30.000 réfugiés tués par les soldats du FPR dans la seule journée du 22/04/1997 sur le vieux chemin de fer de KASESE. En voici un extrait : « Le début de l’holocauste : Devant nous s’installèrent ces militaires qui nous conduisaient avec leurs mitrailleuses et les caisses d’obus. Ils tournèrent les canons sur nous. Ils étaient tellement nombreux qu’il y en avait partout. Sans pitié, ils ouvrirent le feu. Les gens moururent par centaines. Le sang coula partout, se mêla au repas qu’on préparait et tout devint rouge. Je restais cloué par terre et attendais de recevoir une balle dans la tête. A côté de moi, parent, ami, voisin tombait. D’un coup, les gens blessés ou non, commencèrent à fuir vers l’intérieur de la forêt. Je suivis le mouvement et me lançait dans la forêt. Pas de chance là-bas non plus. Ayant tout prévu, les militaires y étaient. On échappait par hasard, sinon la mort était partout. Ces tueries durèrent trois jours. Les 2ème et 3ème jours, les militaires nous pourchassèrent dans la forêt. Ils examinaient également les cadavres pour achever ceux qui gardaient encore le souffle. Dans la forêt, l’homme attrapé était immédiatement tué. Les femmes, quant à elles, étaient emportées. Une femme rescapée me raconta par après qu’elles étaient sauvagement violées. On les tuait par après. Les militaires mettaient les canons des fusils dans leurs sexes pour déclencher le feu. Ce témoignage fut confirmé par les cadavres des femmes que nous avons découverts par la suite. Après le troisième jour, des camions commencèrent à transporter des citernes de carburant. On brûla les corps étendus le long du chemin de fer. Cette opération a précédé l’arrivée des humanitaires ».


9.      Témoignage sur les massacres de KIBEHO tiré des archives de Médecins Sans Frontières (MSF) par l’historienne sociologue française, Madame Claudine VIDAL. Dans son article intitulé « Les humanitaires, témoins pour l’histoire » et publié dans la revue « Les Temps Modernes n°627 d’avril-juin 2004 pages 92 à 108 », elle racontent comment les militaires du FPR ont massacré les déplacés de guerre Hutus en présence des casques bleus de l’ONU entre les 18 et 22 avril 1995. En voici un extrait : « Au Rwanda, dans le camp de Kibeho, le 22 avril 1995, des soldats de l'Armée patriotique rwandaise (Apr) encerclent quelques 100 000 personnes, regroupées dans un espace restreint. Utilisant armes automatiques, lance-roquettes et grenades, les militaires tirent longuement à plusieurs reprises sur la foule. Ce massacre, qui fit sans doute autant de morts que les attentats d'Al-Qaida du 11 septembre 2001, eut sur le coup un grand retentissement dans la presse internationale. Cependant, perpétré moins d'une année après le génocide des Rwandais tutsis abandonnés à leur sort par le Conseil de Sécurité de l'Onu, il ne suscita pas de réaction significative de la communauté internationale. Massacre parmi d'autres, dans cette région qui connut et allait encore connaître de nombreux bains de sang, il s'oublia ».


10.  L’Article d’un prêtre tutsi, l’Abbé Stanislas Bushayija, intitulé : « Aux origines du problème Bahutu au Rwanda », et paru dans la Revue Nouvelle, Tome XXVIII, N° 12 de décembre 1958, pp. 594-597, décrirait ce que vit le Rwanda sous le régime FPR: «(…) Alors les Batutsi se mirent à faire la cour à leur frère devenu Mwami, roi sacré. Par des cadeaux, des offres de services, ils firent tout pour plaire au souverain et obtenir ses faveurs. Jalousie, rancunes, rapportages malveillants ne tardèrent pas à envenimer le climat de l’entourage royal.

Dépaysé, le Muhutu céda la place au Mututsi, et force lui fut de chercher « buhake » et protection auprès du Mututsi, hier encore son égal. Le Mwami distribua selon son bon plaisir une partie de ses droits à ses frères batutsi. Tout fut mis en fief : le bétail, les pâturages, les collines, les régions que le Mwami avait entre-temps conquises par les armes, élargissant le Ruanda initial aux dépens de ses voisins. Puisque le Mwami possédait des droits illimités, et notamment le droit de vie ou de mort, personne ne pouvait mettre obstacle à ces donations arbitraires. Il n’y avait contre la personne et la volonté du Mwami aucun recours prévu, aucune opposition possible. Les Bahutu furent ainsi évincés de leurs droits anciens, ils perdirent leur honneur et devinrent les serviteurs de leurs hôtes et amis ; un ordre était créé, fondé sur l’inégalité et l’injustice. (...) Il semble que l’évolution des peuples soit partout la même : au début une classe domine une autre, une classe opulente et puissante gouverne une classe pauvre, méprisée et souvent opprimée ; quelques éléments des classes inférieures commencent par s’émanciper et, soit par leur énergie, soit par leur savoir, arrivent à imposer le respect, encore qu’on se plaise parfois à les traiter de parvenus pour les humilier ; dans le reste de la masse se crée en même temps une prise de conscience progressive de la situation anormale où elle se trouve et un désir de plus en plus vif d’en sortir ».


11.  Mémorandum sur l’échec des camps de rééducation INGANDO publié par Madame Susan THOMSON, chargée de cours à l’Université d’Ottawa, le 24/02/2010. Ce document s’intitule : « Les camps de rééducation Ingando sont loin d’être des instruments de justice et de réconciliation. Observations d’une participante d’un camp Ingando au Rwanda ». Elle raconte notamment : « Au lieu de favoriser l’unité nationale et la réconciliation, ces camps enseignent aux hommes, majoritairement issus de l’ethnie hutue, à garder le silence et à ne pas remettre en question la vision du FPR des mesures à prendre pour instaurer la paix et la sécurité parmi les Rwandais. Pour nous, le séjour dans un camp Ingando a été une expérience d’aliénation, d’oppression, voire d’humiliation visant à faire taire toute forme de dissidence. Mais paradoxalement, la dissidence risque de se cristalliser et de se renforcer à l’avenir à cause de ces camps ».


12.  Le dossier sur « L’industrie du génocide rwandais » est un document que M. Matata Joseph a présenté à la 2ème conférence internationale sur l’héritage du TPIR organisé par les avocats de la Défense et tenue à Bruxelles du 21 au 23 mai 2010. « L’industrie du génocide » explique comment le génocide rwandais est devenu un fond de commerce exploité par les dignitaires du FPR pour voler les biens mobiliers et immobiliers appartenant à des Hutus innocents. Ces derniers sont localisés sur base de leurs biens pour ensuite être poursuivis, condamnés et emprisonnés arbitrairement pour des crimes de génocide qu’ils n’ont jamais commis. Ces dignitaires se sont constitués en une sorte de « cartel criminel » protégé par le président de la république, le général Paul KAGAME.

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article